La méditation du jour - 14 juillet


Revenez à la maison !

 

Luc 15.17 et 18 - Alors, il se mit à réfléchir sur sa situation et se dit : Tous les ouvriers de mon père ont plus à manger qu'ils ne leur en faut, tandis que moi, ici, je meurs de faim ! Je veux repartir chez mon père et je lui dirai : Mon père, j'ai péché contre Dieu et contre toi.

 

Jusqu'où doit-on dégringoler pour se rendre compte qu'il faut que cela change ? Ce jeune homme a fait la douloureuse expérience de l'école de la vie. Ses choix l'ont conduit d'un environnement douillet et affectueux vers le froid glacial de l'indifférence et du mépris.

 

Combien d'entre-nous ont cru que le monde nous aimait ? Certains ont servi loyalement un employeur en pensant être appréciés et finalement ils n'étaient qu'un numéro. D'autres ont cru en l'amitié et finalement ils n'étaient entourés que de satellites profiteurs.

 

Notre fils prodigue est désabusé : où sont ceux qui ont dépensé sa fortune en participant avec lui à cette vie facile ? Même son employeur ne lui donne pas à manger alors qu'il se contenterait de la nourriture des cochons.

 

C'est souvent au plus profond du puits que l'on prend conscience des réalités. Notre jeune homme a commencé à réfléchir sur lui-même. Le constat n'était pas brillant mais le fruit de sa réflexion a été salutaire. Il n'est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs et pour se mettre en route vers la réparation.

 

C'est exactement la signification du mot repentance : faire demi-tour. Tout le monde fait des erreurs mais ce qui est suicidaire, c'est de persister dans ses mauvaises voies. Prendre la décision de retourner chez son père, c'était mettre de côté son amour propre, sa fierté et son orgueil mais le brisement était suffisant pour accepter cela.

 

Mes bien-aimés, c'est pour vous que ces lignes sont écrites, revenez à la maison ! Revenez au Père céleste si vous lui avez tourné le dos ! Mettez de côté votre orgueil afin que vous soyez restaurés et bénis.

 

Bonne réflexion.

Ezéchiel 37 Ministères © www.mfpg.be



Commentaires: 0