La méditation du jour - 8 décembre 2018


Saul, pourquoi ?

 

Actes 9.4 - Il tomba par terre, et il entendit une voix qui lui disait : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ?

 

Ne trouvez-vous pas ce passage extraordinaire : la vie d’un homme va être complètement bouleversée par cette rencontre ? Mais ma réflexion va plus loin que ce merveilleux miracle.

 

Saul de Tarse était un homme méchant, meurtrier et vindicatif. Ce qui me surprend, c’est le manque de reproche de Jésus ! Lui qui avait apostrophé sévèrement les Pharisiens pour leur hypocrisie, demande, on pourrait presque penser avec une voix douce : « Pourquoi fais-tu cela Saul ? ». La réponse pourrait se trouver dans le pourquoi Saul faisait cela effectivement. Il était zélé pour Dieu ! Bien sûr il se trompait sur toute la ligne mais sa motivation : c’était de plaire au Dieu d’Israël dont il ne connaissait que le caractère sévère. De là, il n’y a qu’un pas à franchir pour se dire ceci : « Ce que Dieu déteste le plus, ce qui le met en « boule », c’est l’hypocrisie ! ». Et pour ceux qui ne seraient pas bien au courant de ce qu’est l’hypocrisie, c’est de faire croire à une vertu, une qualité que nous n’avons pas.

 

Ce qui me réjouit aussi dans ce passage, c’est que Jésus n’a pas dit : « Pourquoi persécutes-tu mon Église ? », mais Il a dit : « Pourquoi me persécutes-tu ? ». Quand quelqu’un nous fait du mal, c’est au Seigneur qu’il fait du mal. Jésus compatit à notre souffrance, s’associe à notre souffrance, absorbe notre souffrance.

 

Cela me fait penser à une histoire qui s’est produite en Chine lors de la persécution des chrétiens. L’un d’entre eux, nous l’appellerons Lee, s’était fait prendre par une milice. Autour de son cou, ils avaient attaché une pancarte portant cette mention : « Lee est un bâtard ! », et ils le « promenaient » dans tout le village. C’est une insulte très humiliante pour un chinois. Notre pauvre Lee pleurait en priant le Seigneur : « Tu vois Seigneur comme je suis humilié… ». Sa prière à peine finie, l’un des persécuteurs s’est écrié : « Nous allons barrer le nom de Lee et mettre : « Jésus est un bâtard » à la place. Et la douce voix du Seigneur s’est fait entendre à Lee par ces mots : « Cela Je l’ai porté aussi ».

 

Bonne réflexion.

 

EZ37M © www.mfpg.be



Commentaires: 0