Dieu parle-t-Il à son Eglise ?


Chers frères et sœurs en Christ, serviteurs de Dieu, ministères à l’œuvre dans le champ de Dieu.

 

Nous aimerions vous partager une vision qui a prit forme, pour ne pas dire corps, dans nos entrailles au sujet du cœur du Père envers son peuple.

 

Si vous êtes pressés ou distraits, reportez je vous en prie sa lecture à plus tard car il nous semble important que nos oreilles entendent ce que l’Esprit dit aux églises (repris 7 fois dans les lettres aux églises de l’Apocalypse).

 

2 Chroniques 7:14 nous dit : Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays.

 

Nous avons vécu un temps prophétique très particulier Corinne et moi. Je suis habitué à recevoir des paroles émanant du Saint Esprit, un saisissement plein de compassion sur la vie des personnes mais ce temps là était très différent : C’est comme si nous étions frappés de langueur et le Psaume 22.15 et 16 (Je suis comme de l’eau qui s’écoule, Et tous mes os se séparent; Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile) décrit bien physiquement ce que nous ressentions. C’est un domaine prophétique que personnellement je n’avais jamais atteint, comme si toute la souffrance du cœur du Père m’atteignait et nous avions l’impression d’être écartelés et de mourir, ce qui nous a poussé dans un temps très fort de repentance. Il ressort de ce moment qu’il est temps, pour le peuple de Dieu d’entrer dans l’obéissance de 2 Chroniques et que le peuple qui invoque Dieu s’humilie, prie et cherche la face du Père. Prenons conscience que :

 

- L’église a du sang sur les mains, du sang innocent, comme le reproche que Jésus fait aux pharisiens dans Matthieu 23.34 et ss. Remarquez qu’au verset 37, Jésus pleure sur Jérusalem parce qu’Il voulait la rassembler sous ses ailes.

- Ce sang, c’est toutes les fois où nous nous croyons debout et exempts de tout péché et que quand nous rencontrons une personne dans la souffrance et qui vit dans le péché, nous avons la facilité de la bombarder de versets bibliques lui expliquant que nous sommes de nouvelles créatures en Jésus-Christ. Toutes choses sont devenues nouvelles… sans prendre le temps de l’écouter, de l’aimer et de l’aider à entrer dans cette promesse. Il est vrai que le Seigneur ne nous demande pas d’admettre le péché et que face à celui-ci, nous devons nous positionner mais trop souvent, c’est face au pécheur que nous nous positionnons et au lieu qu’il nous quitte avec l’assurance que Dieu peut changer sa vie et venir le restaurer, il repart avec un joug de culpabilité sur ses épaules. Son fardeau en est que plus lourd.

- Ce sang, c’est aussi que certains serviteurs « lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt ».(verset 4). Ils sont devenus comme dans Ezéchiel 37 : des sépulcres pleins d’ossements (Matthieu 23.27). Aujourd'hui, le Seigneur nous dit encore : qui sers-tu ? Arrête de t'agiter comme Marthe et viens à mes pieds entendre ma voix. Viens dans ma présence. Beaucoup sont rentrés dans l'activisme et dans l'exercice des dons au point d'en oublier le Donateur, Dieu lui-même. Seigneur, pardon !!!!!

- Ce sang enfin, c’est « Combien de gens avons-nous tué par nos paroles et nos comportements ? combien ? » Alors que Jésus a toujours accueilli favorablement le pécheur. Combien de fois avons-nous scandalisé un de ces petits qui croient en Lui à cause de notre vision étriquée de la grâce et notre attitude hautaine de propres justes (Matthieu 18.6)

- Cette repentance nous touche aussi à chaque fois que nous avons essayé de produire le fruit du Saint Esprit alors qu’il n’y a que Lui qui peut le produire dans nos cœurs et nous remplir de l’amour du Père. Combien de fois n’avons-nous vu le Saint-Esprit que comme l’opérateur des dons en oubliant combien Il est divin, une personne pleine de sensibilité et de grâce que le Père chérit. Nous voulons être le lion, plein de force et de puissance et utiliser cette force comme faire-valoir, les blessés de la vie nous servant de cobayes pour démontrer « notre ministère » en oubliant qu’il faut devenir avant cela l’agneau, brisé, humilié pour se laisser remplir de toute la douceur, la tendresse et la compassion de l’Esprit Saint pour les cœurs brisés.

- Enfin cette repentance concerne aussi notre attitude envers l’Israël de Dieu, qui restera toujours sur le cœur du Père et que trop souvent les chrétiens ont méprisé, au lieu de le chérir et de prier pour la grande restauration qu’annonce Ézéchiel 37. Nous avons oublié que le salut vient des Juifs (Jean 4.22), Nous avons déshonoré l’origine de notre foi et l’Église a, là aussi, les mains tâchées de sang à cause de l’attitude de certains de ses dirigeants, Elle a eu une attitude indigne. Il est temps de restituer, d’enlever l’opprobre, afin que le cœur du Père soit enfin apaisé et qu’Il puisse nous envoyer son soleil de justice et sa guérison.

 

Et que dire, beaucoup de commentateurs croient qu’Ézéchiel 1 décrit le départ de la gloire de Dieu à cause de la dureté du cœur (2.4), Ézéchiel 34 nous rapporte le reproche de Dieu aux bergers d’Israël (sommes-nous meilleurs), c’est dans Ézéchiel 47 que nous avons une image du torrent de bénédiction grandissant qui représente pour beaucoup le réveil avec des arbres dont le feuillage guérit. C’est le temps d’Ézéchiel…

 

Notre Dieu parle à son peuple là encore. En premier lieu, c’est nous qui devons plier le genoux. Pas le voisin !!!! nous.

 

Dieu nous aime mais son cœur est brisé de douleurs. Il souffre de nous voir nous comporter ainsi. Il souffre, il souffre par amour !!!!

 

Et il nous dit : Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche.

 

C’est le temps de Dieu pour nos vies !!!! C’est le temps de Dieu pour nos Pays, réagissons à l’appel de Dieu et humilions-nous sous sa main puissante et entrons dans la promesse pour nos vies et pour tous ceux qui souffrent dans nos communautés mais aussi dehors !!!!

 

C’est à ce prix que reviendra pleinement la gloire de Dieu qui couvrira tous ses poussins de ses ailes de guérison. Toutes nos communautés, nos villes, nos pays sont concernés…

 

Je termine par une citation du livre de William Kirwan « les fondements bibliques de la relation d’aide : C'est ainsi par exemple qu'il est injuste , voire cruel envers la personne qui souffre de soutenir que la maladie mentale, la dépression et l'angoisse découlent toujours de la désobéissance aux commandements de Dieu ou de quelques attitudes pécheresses délibérées. Les psychologues ont en effet souvent affaire à des chrétiens engagés et sincères minés par de fausses culpabilités, souffrant de dépression et d'angoisse qui ne proviennent pas d'une iniquité personnelle. Leurs problèmes, en fait, découlent parfois de la désobéissance d'autrui aux lois de Dieu. Car, comme le révèle la Parole de Dieu, le patient est souvent la victime d'un pécheur...

 

Merci de votre lecture…

Corinne et Claudy

 

Ézéchiel 37 Ministères © Mars 2010


Écrire commentaire

Commentaires : 0